Ce qui motive (ou non) les médecins  Abonné

Publié le 02/05/2014

Pour tenter de mieux cerner les facteurs de résistance et d’ouverture aux pratiques préventives chez les généralistes, le Dr Marc Vanmeerbeek (1) a mené une enquête auprès de 397 omnipraticiens de Flandre et Wallonie. L’opinion des généralistes belges sur un investissement accru en prévention a été évaluée au moyen d’une échelle d’attitude portant sur cinq axes : vision globale de la santé ; gestion collective des patients ; évaluation des processus ; collaboration professionnelle et santé publique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte