Trouble déficitaire de l’attention

« Ce qui est néfaste, c’est l’absence de reconnaissance du trouble »

- Publié le 17/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019
Certains hyperactifs sont calmes, la maladie ne se traduit pas uniquement sur le plan moteur

Certains hyperactifs sont calmes, la maladie ne se traduit pas uniquement sur le plan moteur
Crédit photo : PHANIE

Pathologie scolaire du XXIe siècle, le TDA/H questionne : est-ce réellement un trouble ou un symptôme de notre société ? Les deux, semble-t-il. Le deuxième n’excluant par le premier. Le diagnostic de TDA/H existe. Mieux encore : la maladie se soigne. Le Dr Louis Vera, pédopsychiatre, auteur de plusieurs ouvrages* sur la question, souhaite sensibiliser les professionnels à cette difficulté. Et à dissiper le flou induit par les controverses théoriques et thérapeutiques, plus ou moins pertinentes.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?