CARMAT : une solution dans l’insuffisance cardiaque terminale  Abonné

Publié le 24/02/2014

Premier cœur artificiel bioprothétique et autorégulé, CARMAT est né sous l’impulsion et l’obstination du Pr Alain Carpentier, pour mimer au plus près le cœur natif. Deux mois après la première implantation à l’hôpital Européen Georges-Pompidou chez un patient en insuffisance cardiaque terminale, le Pr Jean-Noël Fabiani explique au "Quotidien", en quoi ce cœur diffère des anciennes versions. D’autres pistes restent explorées pour remplacer un cœur en fin de vie, la transplantation toujours en première indication, et la greffe de cellules souches.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte