Burn-out : la charge de travail et les exigences des patients en cause

Publié le 11/09/2013
1378907371453192_IMG_110567_HR.jpg

1378907371453192_IMG_110567_HR.jpg
Crédit photo : S. Toubon

L’association « Paroles de professionnels » a réalisé entre 2012 et 2013 deux enquêtes croisées « pour mieux identifier les déterminants du burn-out ». En partenariat avec le laboratoire GSK, ces enquêtes ont été réalisées en Champagne-Ardenne, sur un échantillon représentatif de patients, et sur 120 médecins de la région.

Côté patients, ces travaux mettent en évidence que ceux-ci ont augmenté leur niveau d’exigence. Le patient de l’ère Internet est plus au fait de ses pathologies, et plus en demande d’examens, de questionnement sur le diagnostic, de conseils, ou d’aide psychologique et sociale. De plus, en salle d’attente, plus le délai s’allonge avant de voir le médecin, plus le niveau d’exigence et d’insatisfaction du patient augmente.

Les praticiens ont pour leur part été questionnés sur les causes principales du burn-out. Ils citent en premier lieu la charge de travail (46 %), suivie du comportement des patients (41 %). Viennent ensuite les contraintes administratives (31 %) et la gestion du cabinet (15 %).

epuisementbur-out_0.jpg

Par ailleurs, si 98 % des médecins questionnés jugent que l’écoute « est un élément déterminant de leur relation avec les patients », tous décrivent les caractéristiques d’un patient épuisant. Celui-ci serait « exigeant sur le traitement et les horaires », poserait « plein de questions », et serait « anxieux, hypocondriaque ou insatisfait chronique ».

Autant de demandes du patient que l’association juge « disproportionnées par rapport au métier du médecin, qui n’y a pas été formé ». Mais l’enquête met en évidence le fait que ce dernier pense qu’il peut malgré tout satisfaire toutes ces demandes. « Cette distorsion entre le niveau d’exigence du patient et la capacité du médecin à y répondre est source d’épuisement dans la relation patient médecin », note encore l’association.

Pour venir en aide aux praticiens, l’association « Paroles de professionnels » invite à inclure dans le cursus médical des cours sur l’écoute dans la relation médecin-patient. Elle suggère aussi la mise en place d’un réseau de soins de support en médecine générale. Axé sur la psychologie, les aides sociales disponibles et la gestion des activités, ce réseau permettrait aux praticiens de mieux répartir leur travail, et d’optimiser leur relation avec les patients.

L’association organise le 1er octobre à 19 h à Reims* une conférence-débat sur le thème de la souffrance au travail des médecins.

* Maison de la vie associative, 122 bis, rue du Barbâtre, 51100 Reims.

 H.S.R.

Source : lequotidiendumedecin.fr