Endométriose

Bientôt un test de diagnostic rapide et non invasif  Abonné

Par
Publié le 19/03/2018

Des chercheurs de l'institut Feinstein (situé à New York, aux États-Unis) ont montré que le sang menstruel des patientes souffrant d'endométriose contient significativement moins de cellules NK utérines (uNK) que chez les femmes de la population générale. Ce déficit en cellules uNK peut être, selon les auteurs, facilement identifié par le biais d'un test mené sur le sang menstruel, avec obtention de résultats en quelques jours.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte