Bébés de Chambéry : l’activité du laboratoire Marette suspendue pour six mois de plus

Publié le 09/04/2014
1397061051513938_IMG_127432_HR.jpg

1397061051513938_IMG_127432_HR.jpg
Crédit photo : AFP

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a émis mardi une décision « portant prolongation de suspension de la fabrication, de la distribution, de la délivrance et de l’administration de préparations magistrales et hospitalières [...] réalisées par la société Pharmacie Marette » pour une durée de six mois.

L’ANSM a en effet considéré non satisfaisant la réponse de la société aux conclusions des rapports préliminaires qui lui ont été adressés les 3, 5 et 13 février 2014, suite aux décès de trois bébés prématurés à l’hôpital de Chambéry causés par une série d’infections bactériennes par des poches de nutrition parentérale produites par Marette. Dans un courrier adressé à l’agence, le pharmacien responsable de l’établissement aurait en effet indiqué qu’il ne pouvait pas définir « le délai de mise en œuvre des actions correctrices nécessaires à la mise en conformité de son établissement aux Bonnes pratiques de fabrications » définies par l’ANSM.

Le laboratoire se défend

La pharmacie affirme dans ce même courrier être gênée dans la mise en place de ces mesures par la mise sous scellés par les autorités judiciaires de sa documentation pharmaceutique.

Lors d’un point presse, le laboratoire Normand s’est dit « consterné » par cette décision par la voix de son avocat, Me Matthieu Lemaire. Ce dernier a par ailleurs rappelé, comme lors des points presse précédents, « qu’aucune preuve n’a permis d’établir la responsabilité du laboratoire dans l’apparition des germes » qui ont coûté la vie aux nourrissons. « Le pôle instruction de Marseille chargé de la procédure pénale n’a même pas placé le laboratoire sous le statut de témoin assisté ou de mis en examen », a-t-il déclaré. Me Lemaire a par ailleurs accusé la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine de n’avoir pas tenu son engagement de rendre publics courant février d’éventuels manquements à l’hôpital de Chambéry.

Damien Coulomb avec AFP

Source : lequotidiendumedecin.fr