Avant la prise de médicaments, l’emprise sectaire  Abonné

Publié le 23/11/2015

La prise de substances ne constitue bien sûr qu’une étape ultime, juste avant le passage à l’acte. Impossible d’aborder ce processus sans évoquer les mécanismes d’emprise sectaire, confirme au Quotidien le Dr Serge Blisko, président de la MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) : « On a signalé à juste titre la notion très prégnante de millénarisme et de scénarios de fin du monde dans le conditionnement des jihadistes. Ce sont des notions typiquement sectaires, relève-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte