Autonomie : Michèle Delaunay attire l’attention sur le sort des LGBT

Publié le 10/09/2014

C’est un amendement qui, malgré le soutien du Parti socialiste, ne sera pas discuté ces prochains jours en séance publique, lors de l’examen du projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement. Néanmoins, Michèle Delaunay ne renonce pas à défendre – par d’autres voies – de nouveaux droits pour les lesbiennes, gays, bi- et transsexuels (LGBT) âgés.

L’amendement qu’elle avait préparé sur la base d’un rapport commis par Aides, SOS Homophobie et le groupe SOS demande la reconnaissance du droit des « concubins notoires » à accéder au dossier médical de leur partenaire, au même titre que la famille et les ayants droit. Il en appelle aussi à trouver un dispositif permettant la prise en charge des molécules les plus onéreuses comme les antirétroviraux, afin que cesse toute discrimination à l’égard des âgés séropositifs à l’entrée en EHPAD. Il demande enfin le lancement d’études biomédicales sur l’interaction des effets de l’âge, d’une orientation sexuelle spécifique et d’un éventuel traitement pris sur plusieurs années, et le soutien de l’État aux associations de lutte contre l’isolement des personnes homosexuelles et séropositives, via Monalisa.

L’ancienne ministre déléguée à l’Autonomie déposera dans le cadre du projet de loi de finances pour 2015 un amendement visant à ouvrir le droit à la pension de réversion aux époux homosexuels de fonctionnaires, sans condition d’ancienneté, jusqu’aux 4 ans d’application de la loi de mai 2013 sur le mariage pour tous.

C. G.

Source : lequotidiendumedecin.fr