Survie à cinq ans du cancer

Au moins un patient sur deux

Publié le 28/02/2007
- Mis à jour le 28/02/2007

C'EST MAINTENANT une donnée fiable : moins de 50 % des patients atteints d'un cancer décèdent des conséquences directes ou indirectes de leur maladie dans les cinq ans qui suivent le diagnostic. Le chiffre phare qui ressort de la vaste enquête réalisée sur la période 1989-1997, sur une population de 205 000 personnes, par le réseau Francim (voir encadré), avec le soutien de la Ligue contre le cancer, est sans conteste facteur d'espoir. On meurt moins de la maladie qu'on n'en guérit.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?