Comme marqueur de l’inflammation

Asthme : l’hyperéosinophilie pourrait être un indicateur des exacerbations  Abonné

Publié le 26/05/2014
1401066770524785_IMG_130313_HR.jpg

1401066770524785_IMG_130313_HR.jpg
Crédit photo : MediaforMedical

Sachant que les éosinophiles contribuent à la physiophathologie de l’asthme (en tant que médiateur inflammatoire allergique), une équipe américaine a examiné si leur taux sanguin est associé au risque ultérieur d’exacerbations d’asthme.

Zeiger et coll. ont ainsi exploité les données d’un organisme de gestion des soins (Kaiser Permanente Southern California), pour identifier 2 392 adultes (70 % de femmes) ayant un asthme persistent en 2009 et 2010, sans comorbidité majeure, et ayant eu un dosage sanguin des éosinophiles en 2010.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte