Quand ça tourne mal

Anticiper pour mieux communiquer

Publié le 27/11/2017

Du fait de sa rareté (0,69/100 000 anesthésies, 1), l'accident d’anesthésie prend les professionnels au dépourvu. Faute d’anticipation, la communication avec la famille, les professionnels et le public est souvent inappropriée.

Désigner un leader

Pendant l’accident, structurer la communication augmente les chances de récupération. Les aides cognitives aident à activer les connaissances en situation de stress, si on respecte quelques règles, dont la désignation d’un leader (2).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)