Alerte aux intoxications liées à la consommation de champignons

Publié le 04/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

La Direction générale de la santé (DGS), l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) mettent en garde les amateurs de cueillette aux champignons : le nombre de cas d’intoxications signalés aux Centres antipoison et de toxicovigilance est en hausse, particulièrement depuis le mois d’août.

Entre le 29 juin et le 30 août 2015, 212 cas (dont 126 cas entre le 16 et le 30 août) ont été répertoriés principalement en Aquitaine (47 cas), en Midi-Pyrénées (36 cas), en Rhône-Alpes (27 cas) et en Franche-Comté (13 cas). « Aucun décès ni cas grave n’a été enregistré », soulignent les autorités. « Les conséquences sur la santé de ce type d’intoxications sont graves (troubles digestifs sévères, atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe), voire mortelles. La plupart d’entre elles conduisent à une hospitalisation, souvent en réanimation », précisent-elles. Les symptômes commencent généralement à apparaître dans les 12 heures après la consommation et l’état de la personne intoxiquée peut s’aggraver rapidement.

Comme chaque année, la DGS, l’InVS et l’INPES renouvellent leurs mises en garde et rappellent les règles de bonnes pratiques. « Au moindre doute sur l’état ou l’identification de l’un des champignons récoltés, ne consommez pas la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière (les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie de votre région peuvent être consultés) », conseillent-elles en particulier. En cas d’apparition d’un ou plusieurs symptômes (notamment diarrhée, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue...), les personnes sont invitées à appeler le « 15 » ou un centre antipoison.

Dr L. A.

Source : lequotidiendumedecin.fr