Courrier des lecteurs

Agressions : le rapport soignant-soigné en cause

Publié le 02/05/2019

Les agressions de soignants sont en augmentation notamment sur les généralistes. On y répond par soutien psychologique, sécurisation des lieux. C’est très bien. Mais cela ne traite pas les causes.

La violence du malade psychiatrique est rare mais arrive, notamment vis-à-vis du soignant avec lequel il est en relation thérapeutique. La réponse se situe dans le professionnalisme et une structuration plus efficace de l’urgence psychiatrique. L’agression crapuleuse n’est pas une spécificité du soignant. La réponse est éducative, policière, judiciaire.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)