Actes inutiles et déresponsabilisation : un professeur de Cochin dénonce les dommages du principe de précaution

Publié le 22/01/2014
1390411188491101_IMG_120778_HR.jpg

1390411188491101_IMG_120778_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Invité par l’association Femme médecin libéral (FML) à participer à un débat sur le risque sanitaire, le Pr Mickaël Peyromaure s’est livré samedi dernier à un réquisitoire musclé sur la pertinence médicale et économique du principe de précaution – son dada – devant une trentaine de médecins.

Professeur d’urologie à l’hôpital Cochin (Assistance publique – Hôpitaux de Paris), le médecin estime que le principe de précaution tel qu’il existe « aggrave le phénomène de surconsommation des examens médicaux » et « déresponsabilise » les médecins, amenés à se « protéger derrière des procédures de sécurité », parfois même au détriment du diagnostic et du soin.

Mauvaise médecine, bonne administration

Le Pr Peyromaure cite l’exemple des réunions de concertation pluridisciplinaire, imposées pour la prise de décision en oncologie. D’une évaluation des bonnes pratiques, ce dispositif est devenu, aux dires de l’urologue, une « chambre d’enregistrement », « facteur d’éloignement entre le médecin et le patient », voire « une entrave aux soins ».

Les torts sont partagés entre les médecins, l’administration et les patients, incités par le principe de précaution à maintenir une « pression » sur les praticiens hospitaliers, reconnaît toutefois le Pr Peyromaure.

Chirurgien thoracique et cardiovasculaire et membre du bureau du FML, le Dr Sophie Bauer abonde dans le sens de son confrère, dénonçant la récurrence d’une « mauvaise médecine exercée au nom d’une bonne administration ».

Anne Bayle-Iniguez

Source : lequotidiendumedecin.fr