Accessibilité aux handicapés : des médecins vont plus vite que la loi

Publié le 18/07/2013
1374159236448363_IMG_109205_HR.jpg

1374159236448363_IMG_109205_HR.jpg
Crédit photo : Ville de Wattreloos

Quatre médecins généralistes et huit orthophonistes de Wattrelos, dans le Nord, ont décidé de quitter leur maison de santé et d’en investir une nouvelle l’année prochaine deux rues plus loin. Les professionnels ont dévoilé leur projet à nos confrères de Nord-Eclair.

Ce déménagement pourrait paraître anecdotique mais les raisons qui l’ont motivé le sont moins. Désireux de rendre accessibles leur cabinet aux personnes handicapées, comme la loi leur en donnera obligation à compter de 2015, l’équipe constituée de jeunes professionnels a pris les devants en lançant la construction de cette maison de santé pluriprofessionnelle de près de 1 000 m2. Les travaux auraient été beaucoup trop lourds pour aménager l’ancienne bâtisse.

Une aubaine plus qu’une contrainte

« Beaucoup de confrères pensent que l’obligation d’aménagement des cabinets sera repoussée après 2015 et ne font rien, explique au « Quotidien » le Dr Matthieu Calafiore, l’un des promoteurs du projet. Les pouvoirs publics ne donnent pas non plus vraiment de signal pour encourager à se mettre en conformité. » L’horloge tourne pourtant et l’obligation deviendra bien un jour réalité.

« Nous ne vivons pas cette obligation comme une contrainte mais comme une aubaine », assure Matthieu Calafiore. L’idée a germé au début de l’année 2012. Un an et demi plus tard, la mairie a mis à disposition un terrain à un tarif raisonnable. Une façon pour elle de conserver une offre médicale. Les nouveaux bâtiments seront bien sûr construits de plain-pied.

Moins de visites

L’accès en sera donc beaucoup plus facile aux personnes à mobilité réduite et notamment aux patients âgés. « Ne le cachons pas, nous aurons peut-être moins de visites à domicile à faire », confie le Dr Calafiore. Le généraliste réalise au moins 5 consultations à domicile chaque jour chez des personnes du 3e âge qui ne peuvent pas monter l’escalier en colimaçon de son actuel cabinet médical.

Matthieu Calafiore espère que la maison de santé pourra ouvrir ses portes dans le 2e semestre 2014 et au plus tard pour le 1er janvier 2015. Un tiers de terrain acheté demeure constructible. Il a été réservé pour d’éventuelles extensions. « Nous espérons que ce projet pourra attirer d’autres professionnels, ambitionne le Dr Calafiore, par ailleurs président du Syndicat national des enseignants de médecine générale (SNEMG). J’espère que ce projet fera des petits, c’est ce genre de regroupement qui peut attirer les futures générations de médecins à s’installer. »

 CHRISTOPHE GATTUSO

Source : lequotidiendumedecin.fr