800 internes manifestent à Paris pour la défense de la médecine libérale

Publié le 17/10/2012
1350494133381457_IMG_91839_HR.jpg

1350494133381457_IMG_91839_HR.jpg
Crédit photo : S. Toubon

Ce mercredi, près de 800 internes et chefs de cliniques ont répondu à l’appel à la grève nationale lancé par les syndicats et sont venus manifester leur mécontentement sous les fenêtres de la ministre de la Santé Marisol Touraine. L’ISNIH, principal syndicat d’internes et l’ISNCCA, syndicat des chefs de cliniques assistants, sont à l’origine du mouvement.

Pourquoi ce rassemblement ? Pelotonnés sous leurs parapluies – la pluie fait rage –, les manifestants, dont certains portent une blouse blanche de plus en plus détrempée, ne se pressent pas pour répondre. Le sujet est sensible. À l’autre bout de Paris, au dernier étage de la tour de verre de la CNAM, le dernier round des négociations sur les dépassements d’honoraires se joue au même moment.

Inquiets pour leur avenir professionnel, les jeunes internes souhaitent obtenir de la ministre « la certitude que des mesures plafonnant les dépassements d’honoraires ou limitant l’installation des jeunes médecins en secteur II ne seront pas mises en place dans le cadre des négociations conventionnelles ou à travers le projet de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) à venir », a indiqué l’ISNIH dans son préavis de grève envoyé à la ministre.

Les internes veulent « être enfin entendus »

Pour Julien Lenglet, président du Syndicat des internes des hôpitaux de Paris (SIHP) présent sur place, cet appel à la grève est conséquent au peu d’estime que les tutelles accordent aux jeunes médecins. « Les discussions actuelles sur le plan conventionnel ne nous conviennent pas, indique-t-il. Il ne s’agit absolument pas d’une grève préventive, mais d’un moyen pour qu’on soit enfin entendus ».

Augustin est en sixième année à la Pitié-Salpêtrière. Le jeune homme déplore que « sur les trois acteurs engagés dans les dépassements d’honoraires, l’État, les complémentaires santé et les médecins, seuls les médecins soient pointés du doigt ». « Les médecins ont comblé par les dépassements des tarifs auxquels l’État n’a pas touché depuis 30 ans, proteste-t-il. On travaille énormément pour faire fonctionner le système de santé et on nous demande de facturer nos consultations au tarif Sécu… C’est juste pas possible ! ».

Thomas, lui, est en quatrième année d’orthopédie à Saint-Antoine. S’il reconnaît qu’« il faut évidemment limiter les dépassements abusifs », il pointe du doigt le coût que représente la vie parisienne qui « amène souvent à demander des dépassements, ne serait-ce que pour garder un niveau de vie correct ». Quel plafonnement de ces dépassements propose-t-il ? Après quelques hésitations, « trois à quatre fois le tarif de la Sécu, comme l’a proposé l’Ordre des médecins », lui semble être la réponse appropriée.

Grève illimitée ?

En milieu d’après-midi, les représentants des internes sont reçus par deux conseillers de la ministre de la Santé. La déception est grande, la colère gronde : une nouvelle fois, les internes estiment n’avoir pas été entendus. Certains caressent déjà l’idée de grève illimitée. « Nous allons nous réunir et prendre quelques jours pour y réfléchir », conclut, dépité, Julien Lenglet.

Trois questions au président du SIHP

Présent au coeur de la manifestation, « le Quotidien du Médecin » a interrogé Julien Lenglet, président du Syndicat des internes des hôpitaux de Paris ( SIHP) sur les motifs de la grogne des jeunes médecins et leurs revendications.

Les jeunes, grands absents des négociations conventionnelles. C’est la principale raison qui les a poussés à manifester devant le ministère de la Santé. Explications.

Les internes militent pour la mise en place d’un pacte de génération en faveur de la jeunesse. Julien Lenglet en détaille le contenu qui sera prochainement adressé à Marisol Touraine.

L’installation est l’une des préoccupations majeures des jeunes médecins. Le président du SIHP passe en revue les difficultés auxquelles ils sont confrontés.
 ANNE BAYLE-INIGUEZ

Source : lequotidiendumedecin.fr