80 à 100 % des généralistes toujours en grève ce 29 décembre, annonce l'UNOF

Publié le 29/12/2014

Au matin du 6e jour de grève de ses troupes, l’UNOF, la branche généraliste de la CSMF, fait ses comptes.
Pour le syndicat, « 80 à 100 % des médecins généralistes sont en grève. L’absence d’anticipation de la mobilisation des médecins libéraux par les ARS, malgré l’annonce du mouvement faite deux mois auparavant, s’est traduite par des réquisitions faites dans l’urgence, même après le début du mouvement ».

L'UNOF affirme également que « dans tous les Centre 15 de France, les records du nombre d’appels reçus par jour ont été pulvérisés : 2 à 3 fois plus d’appels que les maximums jusque-là enregistrés ! ».

Nul doute, analyse l'organisation, que ce niveau de mobilisation « traduit la plus totale exaspération des médecins libéraux devant la transformation du système de soins français, malmenant à la fois le patient dans sa liberté de choix, et le médecin tant dans l’exercice et les contours de son métier, que dans la reconnaissance de son rôle dans la société ».

Touraine contre-productive ?

L’UNOF estime par ailleurs que « l’exaspération des médecins généralistes libéraux s’est encore accrue devant l’empressement de la ministre de la Santé à débloquer pour l’hôpital, 90 millions d’euros supplémentaires, faisant ainsi preuve d’un grand mépris pour la médecine générale et ses médecins ».

Partant c'est un ultimatum que le syndicat adresse aux pouvoirs publics, annonçant que « le mois de janvier 2015 va voir se multiplier des actions qui ne cesseront que lorsque : le 1/3 payant généralisé obligatoire sera retiré du projet de loi de santé ; la ministre de la Santé aura annoncé le retrait de toutes les mesures qui aboutissent au démantèlement du métier de médecin généraliste ; cessera la maltraitance tarifaire dont sont victimes les médecins généralistes et l’annonce d’une première étape avec la consultation à 25 euros ».

L’UNOF rafraîchit au passage la mémoire de la ministre : « En 2002, rappelle-t-il, c’est après 7 mois de mobilisation et de multiples actions (que les généralistes) ont obtenu la reconnaissance de leur consultation à 20 euros ».


Source : lequotidiendumedecin.fr