218 000 praticiens en activité au 1er janvier 2013, 42 % de femmes, 51 ans en moyenne

Publié le 14/05/2013
1368538317432404_IMG_104962_HR.jpg

1368538317432404_IMG_104962_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

La France recense exactement 218 296 médecins en activité au 1er janvier 2013, annonce la DREES (1) dans un document de travail mis en ligne. Ce chiffre est en augmentation de 0,7 % sur un an, même si, par rapport à la population, la densité médicale diminue légèrement de 0,3 %.

L’âge moyen des médecins (dont 41,9 % de femmes) est de 51,3 ans. Les plus jeunes sont les hématologues (42,4 ans) et les spécialistes en réanimation médicale (44,6 ans). Les plus âgés les gynécologues médicaux (59 ans) et les spécialistes en chirurgie maxillo-faciale et stomatologie (55,8 ans).

Dans le détail, on compte 101 803 généralistes (tous modes d’exercice confondus), soit 46 % de l’ensemble des professionnels. Parmi les spécialités les plus représentées, on retrouve 14 619 psychiatres, 10 841 anesthésistes, 8 392 radiologues ou encore 3 628 chirurgiens généraux.

130 106 médecins, toutes spécialités confondues, ont une activité libérale ou mixte.

Disparités marquées

La DREES établit la densité médicale à 333 praticiens pour 100 000 habitants (199 médecins libéraux pour 100 000 habitants). Les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Ile-de-France sont les mieux dotées. Paris tient le haut du pavé, avec 796 médecins pour 100 000 habitants.

À l’inverse, la Picardie et la région Centre, avec respectivement 258 et 267 praticiens pour 100 000 habitants, subissent déjà la désertification médicale. L’Eure est le département métropolitain le plus en souffrance avec 179 médecins pour 100 000 habitants. En Outre-Mer, Mayotte n’est pourvu que de 77 praticiens pour 100 000 habitants...

Organisme de statistiques qui relève du ministère de la Santé. Les résultats sont élaborés à partir du Répertoire partagé des professionnels de santé (RPPS), qui croise les données de l’Ordre des médecins (CNOM), de l’assurance-maladie (CNAM) et du Centre de gestion (CNG).

 A.B.-I.

Source : lequotidiendumedecin.fr