13 ans après, l’effet 11 septembre toujours à l’étude  Abonné

Publié le 26/01/2015

Les blessures psychiques sont lentes à cicatriser ; selon les services de santé de New York, 61 000 des 409 000 personnes qui ont vécu la tragédie du 11 septembre 2001 ont « probablement » connu des symptômes liés à l’ESPT dans les six années suivantes. Au-delà, selon le professeur de psychologie G. Scott Morgan (université Drew), « le peuple américain a été durablement expulsé de Disneyland : les attentats ont marqué la fin du sentiment d’invulnérabilité et de liberté des Américains ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte