111 médecins girondins tirent le signal d’alarme sur les honoraires libres

Publié le 20/08/2012
1345474236366438_IMG_88132_HR.jpg

1345474236366438_IMG_88132_HR.jpg
Crédit photo : AFP

Dénonçant « l’outil de démolition de santé solidaire » que sont les dépassements d’honoraires, 111 médecins girondins viennent de rendre public un « manifeste des médecins solidaires ». Une quinzaine de PU-PH bordelais, plusieurs praticiens hospitaliers et un grand nombre de médecins libéraux (généralistes et spécialistes) du département appellent leurs confrères au niveau national à refuser cette pratique tarifaire.

Le Dr Bernard Coadou, médecin généraliste à la retraite et président de l’association « La santé, un droit pour tous », est à l’origine de cette fronde, lancée quelques jours après le début des négociations entre l’assurance-maladie, les syndicats de médecins et les complémentaires santé.

« Le gouvernement dit : "On va s’attaquer aux dépassements d’honoraires abusifs", a expliqué le médecin à l’AFP. Nous, on a tendance à dire que tout dépassement d’honoraires est abusif. »

Selon les signataires, ces dépassements, « en augmentation », « risqu[ent] de se généraliser avec l’arrivée prochaine du secteur optionnel », au cœur des discussions nationales. Ces honoraires libres sont responsables de « l’augmentation du renoncement aux soins pour raison financière », dont « 29 % de la population » a été victime en 2010, estime le manifeste.

Les dépassements « sont pratiqués par une minorité de médecins (7 % des généralistes, 41 % des spécialistes libéraux et 4,5 % des médecins hospitaliers) qui prétendent exercer une médecine de qualité supérieure méritant d’être payée à son juste prix », accusent encore les médecins contestataires.

Par cette action, les médecins bordelais espèrent peser dans le débat à venir. Les négociations, ouvertes le 25 juillet, doivent parvenir à un accord avant le 17 octobre. Dans le cas contraire, le gouvernement serait amené à légiférer.

 A. B.-I.

Source : lequotidiendumedecin.fr