Alcool, drogue, burn-out... Les internes ultramarins ne vont pas bien  Abonné

Publié le 11/07/2019

Crédit photo : AFP

« Cette semaine, alors que j’étais en stage, j’ai regardé par la fenêtre et je me suis dit que cela serait plus facile de sauter et d’en finir ». Interrogée par le Quotidien, le Dr Laure Gouinaud explique que cette phrase mise en exergue dans sa thèse a été l’un élément qui l’a confortée dans son choix de sujet de thèse sur le mal-être des médecins.

Internat sac à dos

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte