A la suite de cet article, qui rappelle le profond engagement de Max dans la protection des médecins et particulièrement de ses collègues PHAR, je voudrais souligner son humanité au quotidien, l'empathie qu'il témoignait à ses patients et leurs familles, son engagement intraitable contre les situations qui le révoltaient (Bosnie) et toute l'énergie qu'il déployait inlassablement au service des autres malgré le drame personnel qu'il avait vécu. Adieu Max ! Ta disparition laisse un vide béant devant nous. Reçois ici toute ma gratitude, mon amitié et … mon admiration.