LETTRE OUVERTE AUX CANDIDATS A LA MAGISTRATURE SUPREME

Madame, Monsieur,

L'heure des promesses électorales sonne, chaque candidat annonce un effort pour la médecine libérale, mais aucun ne remet en cause l'Objectif National des Dépenses d'Assurance Maladie.

L'Objectif National des Dépenses d'Assurance Maladie, concept inventé par Alain Juppé, est pourtant le père de tous les maux de la médecine et en particulier de la médecine libérale. Il devrait être considéré comme responsable de son effondrement.

L'enveloppe contrainte, dont la progression diminue d'année en année, bloque toute possibilité de juste augmentation tarifaire et rend les médecins, les soignants, coupables des « déficits ». L'UFML demande dans son New Deal pour la santé, que les rémunérations des médecins (11 % des dépenses d'assurance maladie) soient sorties de l'ONDAM, ainsi l'augmentation tarifaire serait un choix politique, un choix de société. Sans sortie de l'ONDAM, la médecine libérale sera une fois de plus soumise au règne des promesses électorales et demain prisonnière de la politique des petits pas, de 1 euro en 1 euro, obtenus sous conditions de respect des indicateurs (ROSP) et de l'ONDAM et aucune construction ne pourra se faire.

L'UFML rappelle que la ROSP (présente au sein des différents programmes) doit être sous surveillance d'une autorité indépendante garantissant l'unique intérêt médical des indicateurs.

Le retour de la confiance, préalable indispensable à la reconstruction du système sanitaire sera conditionné à l'engagement de laisser l’intérêt du patient toujours supérieur à tout autre intérêt, notamment économique. Il y a en matière de réforme du système de santé, la nécessité impérieuse de la construction d'un pacte de confiance avec les professionnels de santé.

Depuis 4 ans, le paysage sanitaire a changé ! Nous avons un message à délivrer à l'ensemble des candidats à la magistrature suprême : il va falloir autre chose que de la communication, il va falloir être capable d’humilité face au système de santé et face à ses acteurs, il va falloir des actes qui démontrent l'écoute, le respect des professionnels et le partenariat sans lequel vous ne pourrez jamais améliorer le système de santé français !

A tous les candidats nous disons : choisissez au plus tard 6 mois avant les élections votre ministre de la santé et son équipe. Si vous voulez retrouver notre confiance, osez le courage, brisez les codes et laissez les soignants, dès avant les élections travailler avec les équipes qui demain pourraient être en charge du système sanitaire, nous n'avons plus de temps à perdre ! Trop d'erreurs ont été faites à droite et à gauche et il n'y a pas aujourd'hui, même si des progrès notables ont été faits, de programme qui prenne la mesure de la gravité de la situation actuelle.

Plus inquiétant, il n'y a pas de programme qui montre une connaissance précise de la problématique. Or les professions de santé ont été depuis des années si méprisées, si ignorées, si insultées, qu'elles ne supporteront ni l'à peu près, ni les manipulations, elles savent toutes l'urgence, elles mesurent toutes l'importance du moment. Nous appelons à une levée des professionnels de santé au mois de Novembre 2016 #NovembreVivant, ce mouvement portera la santé au cœur de la campagne présidentielle, et face à celui-ci, chacun d'entre vous pourra, devant les français, contractualiser face aux problématiques que nous aurons alors exposées. Ce sera notre assurance, étape ultime avant le retour de la confiance !

Recevez, madame, monsieur, l'assurance de nos prudents espoirs.