« Un métier qui se féminise est un métier qui meurt (je ne m'en réjouis pas, c'est un fait).
Les médecins auront le même sort que les instituteurs au XXème siècle, ils étaient quelqu'un d'important, elles ne sont plus rien. Comme ces profs et institutrices, les "docteures" seront heureuses de travailler 35 heures pour 3000 euros par mois, voire à mi-temps pour moins.
Elles chercheront sans doute à se marier avec un infirmier... »