Dossier

Spécial médecins en 68 : que reste-t-il de l'esprit de mai ? Abonné

Publié le 03/05/2018
Spécial médecins en 68 : que reste-t-il de l'esprit de mai ?

MAI 68 EV
AFP

Aujourd’hui professeur à la retraite, le Pr Fernand Buchheit était, il y a 50 ans, chef de clinique en neuro chirurgie au CHU de Strasbourg : « Notre problème, ce n’était pas l’hôpital, mais plutôt la Faculté, avec ses règles et ses professeurs dont certains dirigeaient d’une main de fer des services de 300 lits. » « Un mot de travers, un geste chirurgical inadapté vous valait un coup de pince Kocher en pleine opération et, plus grave, votre carrière universitaire pouvait s’arrêter là », poursuit-il, à une époque où les chefs et les agrégés rêvaient…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte