Une affaire politico-sentimentale  Abonné

Publié le 15/06/2012
1339683373357886_IMG_86084_HR.jpg

1339683373357886_IMG_86084_HR.jpg
Crédit photo : AFP

JEUDI MATIN, les dirigeants de la gauche se déclaraient excédés par les questions des journalistes sur l’affaire Trierweiler. Elle n’aura, il est vrai, aucun effet sur les résultats du second tour des législatives. Il n’empêche que, derrière la candidature de Ségolène Royal, ex-candidate à la présidence de la République, il y a le projet, annoncé depuis de nombreux mois, de faire d’elle la présidente de l’Assemblée nationale. Ce projet était un peu choquant, dans la mesure où il ignorait quelques étapes à franchir. La réalité est toute autre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte