Un « coup de force » et une « manœuvre dilatoire », selon la CSMF

Publié le 30/09/2009
- Mis à jour le 30/09/2009

La proposition de loi de Gilbert Barbier reste en travers de la gorge de la CSMF (Confédération des syndicats médicaux français), ennemie de « l’immobilisme », qui s’emporte dans un communiqué : « Au moment où des dossiers essentiels (...) sont confrontés à d’importantes difficultés, ce type de manœuvre dilatoire vise à repousser encore et toujours les solutions attendues et à faire, in fine , des économies sur le dos des médecins. » Pour le syndicat, qui dénonce un « coup de force », seule « la conclusion, sans retard d’une nouvelle conventi

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?