Un conducteur de trottinette décède, premier accident mortel à Paris impliquant ce mode de transport

Par Coline Garré
Publié le 11/06/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
trottinette

trottinette
Crédit photo : S. Toubon

Un homme de 25 ans qui circulait sur une trottinette électrique à Paris est décédé ce 10 juin, après une collision avec un camion, premier accident mortel dans la capitale impliquant ce nouveau mode de transport.

L'accident s'est produit vers 22 h 30 dans le 18e arrondissement, dans le quartier de la Goutte d'Or. Le jeune homme a refusé la priorité à un camion qui l'a percuté. Évacué par les pompiers en arrêt cardio-respiratoire, il a succombé à ses blessures à l'hôpital. Le chauffeur du camion a été placé en garde à vue et une enquête pour « homicide involontaire » a été ouverte par le parquet de Paris, confiée au service du traitement judiciaire des accidents (STJA).

La préfecture de police et la mairie de Paris ont confirmé qu'il s'agit du premier accident mortel à Paris concernant un conducteur de trottinette électrique. En avril, un piéton octogénaire, percuté par cet engin à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), avait succombé à ses blessures.

Débat autour de l'obligation du port du casque 

Malgré une récente étude parue dans le « Jama network open », qui montre que 40 % des accidentés souffrent d'un traumatisme crânio-facial, l'Assemblée nationale a voté – au terme de vifs débats – contre le port obligatoire du casque à vélo ou en trottinette électrique, dans le cadre de l'examen du projet de loi sur les mobilités, le 7 juin.

« Le gouvernement est résolument contre l'obligation du port du casque sur les vélos au-delà de 12 ans et sur les trottinettes », qui vont être bridées à 20 km/h, a déclaré Élisabeth Borne, ministre des Transports. Et de lancer : « Les Français en ont marre qu'on leur impose des obligations. On recommande le port du casque et chacun prend ses responsabilités. » À l’inverse, le député LREM et médecin urgentiste Thomas Mesnier, qui s'est dit « choqué par certains des arguments entendus », a considéré que les élus sont là « pour prendre leurs responsabilités et assurer la sécurité des Français »

L'Assemblée a également ouvert la voie à une possibilité pour certaines communes de déroger à la future interdiction de circulation sur les trottoirs, avec le soutien de la ministre, malgré des divisions au sein de LREM. 

Quelque 20 000 trottinettes sillonneraient la capitale. Un casse-tête pour la mairie de Paris, qui vient de présenter plusieurs mesures pour en limiter les nuisances, dont l'interdiction de stationnement sur les trottoirs, et des limitations de vitesse.

Avec AFP 


Source : lequotidiendumedecin.fr