Un certificat médical peut avoir une importance légale  Abonné

Publié le 03/03/2014

Julie Robin, Juriste du centre d’information sur les droits des femmes qui exerce également des vacations au sein de l’ISG, rappelle aux médecins qu’il « faut surtout ne pas se laisser instrumentaliser : si monsieur raconte que madame a besoin d’antidépresseurs, il ne faut pas faire d’ordonnance sur sa seule bonne foi. » Cette prescription pourrait être utilisée contre la femme victime de violence en cas d’arbitrage sur la garde des enfants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte