Touchers vaginaux

Par
Laurence Mauduit -
Publié le 28/06/2018

Comment un toucher vaginal, toujours réalisé à huis clos, pourrait-il un jour faire l’objet d’un contrôle qualité ? L’art et la manière de pratiquer cet examen résument la difficulté de respecter l’intimité des patientes. Si la communication verbale s’impose, nous devons garder à l’esprit que des phrases qui nous paraissent totalement anodines peuvent finalement se révéler d’une violence redoutable pour la patiente. La situation peut déraper en quelques mots, et le gynécologue doit absolument écarter d’entrée de jeu tout malentendu.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?