Procès reporté

Quotidien du Médecin-8921  Abonné

Publié le 11/03/2011

À EN CROIRE les avocats de M. Chirac, et plus particulièrement Me Georges Kiejman, qui défend par ailleurs les intérêts de Liliane Bettencourt, c’est un des co-inculpés de M. Chirac qui a posé la fameuse « question prioritaire de constitutionnalité » (QPC) et l’ancien président n’y est pour rien. « Ce n’est en aucun cas une victoire de la défense », a-t-il ajouté. On veut bien accepter son argument, mais tout de même, M.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte