Lucite au soleil

Mieux vaut prévenir que guérir  Abonné

Publié le 04/05/2015
La lucite estivale bénigne touche volontiers la femme jeune

La lucite estivale bénigne touche volontiers la femme jeune
Crédit photo : PHANIE

« Il existe de nombreuses allergies au soleil. On distingue les allergies endogènes (métaboliques...), les allergies exogènes d’origine toxique (parfums, huiles essentielles, herbe sur laquelle on fait la sieste) ou médicamenteuse, et les allergies idiopathiques qualifiées de lucites. Parmi les lucites citons l’urticaire solaire, la lucite polymorphe, la dermatite actinique chronique, l’éruption juvénile printanière, le prurigo actinique, l’hydroa vacciniforme… et la lucite estivale bénigne, classique allergie solaire des vacances », précise le Dr Michel Jeanmougin.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte