Une mise en garde de l’Académie

L’héritage médicamenteux touche près de 15 % des enfants  Abonné

Publié le 14/05/2012

« IL N’EST PAS QUESTION de mettre en doute le bénéfice des thérapeutiques maternelles tant durant la grossesse qu’au cours de l’accouchement », préviennent l’embryologiste Élisabeth Elefant (Trousseau, Paris) et le pédiatre Paul Vert (Nancy) dans leur rapport sur « les médicaments et l’adaptation néonatale : l’héritage médicamenteux ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte