Roselyne Bachelot fait le bilan de la présidence française

Les médecins ne doivent pas craindre l’Europe de la santé

Publié le 14/12/2008
LE QUOTIDIEN - Dès le lancement de votre présidence en matière de santé, vous avez mis l’accent sur l’urgence de la veille sanitaire européenne. Direz-vous qu’elle a progressé ?

ROSELYNE BACHELOT - J’ai surtout souhaité sensibiliser mes homologues aux insuffisances en termes de préparation et d’harmonisation des réponses à une menace sanitaire de grande ampleur. Or, s'il y a bien un sujet sur lequel les citoyens européens, mêmes les plus sceptiques, peuvent comprendre la plus-value européenne dans le secteur sanitaire, c'est celui-là !

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?