Les médecins doivent « dédramatiser »  Abonné

Publié le 11/04/2012
LE QUOTIDIEN - Quels enseignements supplémentaires une enquête réalisée par internet apporte-t-elle par rapport à votre expérience clinique ?

PHILIPPE BRENOT - Dans mon cabinet, je n’ai qu’une réalité partielle des problèmes de couples. Nous avons besoin d’enquêtes épidémiologiques, comme celles d’Alfred Spira ou de Nathalie Bajos de l’INSERM. Mais de grandes études comme celle-ci, permettent de mieux appréhender le climat du couple. Internet favorise la fiabilité de la confession.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte