Le goût des urgences « normales »  Abonné

Par
Publié le 03/03/2016

Un peu de traumatologie et/ou de réanimation après un accident de la vie courante et/ou de la circulation ? Le rêve…

Dans quelles têtes étrangement faites peut donc germer ce genre de considération ? Celles de médecins syriens que le cessez-le-feu en vigueur depuis cinq jours dans une partie de leur pays semble ramener brutalement à une réalité enfuie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte