Aussi fort que tabac, diabète, l’HTA, obésité,

Le chômage, un facteur de risque d’infarctus à part entière  Abonné

Publié le 21/11/2012
1355822630390663_IMG_94091_HR.jpg

1355822630390663_IMG_94091_HR.jpg
Crédit photo : AFP

LES FACTEURS de risque majeurs des maladies coronaires ont été largement documentés (sédentarité, obésité, HTA…). Les déterminants psycho-sociaux sont beaucoup moins connus. Quel effet le stress social que constitue le chômage a-t-il sur les coronaires ? On sait que le chômage est un facteur direct et indirect de mauvaise santé. Le non-emploi a été relié à une myriade de facteurs de risque et à un déficit en ressources qui contribuent à une augmentation du taux des maladies cardiovasculaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte