Quelles chances pour Hollande ?

Le choix le moins mauvais  Abonné

Publié le 18/07/2013
1374109949448026_IMG_109116_HR.jpg

1374109949448026_IMG_109116_HR.jpg
Crédit photo : s toubon

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE n’est peut-être pas hostile, au fond de lui-même, à certaines exigences de l’opposition. Peut-être sait-il, par exemple pour la réforme des retraites, qu’une prolongation des carrières représente un instrument plus efficace que la durée des cotisations. On lui reproche constamment ses zigzags et louvoiements entre mesures fortes relatives à l’évolution de la société et dispositions beaucoup plus timides au sujet des déficits et du chômage, qui sont pourtant au cœur de la crise.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte