À la veille du comité interministériel du handicap, les associations font pression

Publié le 24/09/2013
1380035259456771_IMG_111473_HR.jpg

1380035259456771_IMG_111473_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Alors que s’ouvre ce mercredi 25 septembre le comité interministériel du handicap (CIH), présidé par le Premier ministre, et animé par Marie-Arlette Carlotti, en charge des personnes handicapées, l’Association des paralysés de France (APF) rappelle ses revendications pour « ne pas en faire un rendez-vous manqué ».

Au sujet de l’accessibilité, l’association attend un « plan Marshall », autrement dit des mesures fortes, dans la droite ligne du rapport Campion, pour que soit respectée l’échéance d’accessibilité au 1er janvier 2015. Concrètement, elle demande que soient mobilisés les maîtres d’œuvre et d’ouvrage dès maintenant pour mettre aux normes les bâtiments accueillant du public. Elle incite aussi le gouvernement à prendre en compte l’accessibilité dès le projet de loi de financement pour 2014 et à envisager le recours au grand emprunt et l’adoption de mesures budgétaires ou fiscales pour aider les acteurs privés et publics. Et de souligner que 95 % des Français pensent que tout un chacun peut être confronté à des problèmes d’accessibilité (selon un sondage réalisé par Mediaprism pour l’APF).

Des oubliés

L’APF dénonce le silence sur les questions des ressources et de la compensation. « L’allocation aux adultes handicapées (AAH), très légèrement revalorisée au 1er septembre, et certaines pensions d’invalidité restent toujours largement sous le seuil de pauvreté », assure l’association.

L’APF attire enfin l’attention sur la nécessité de garantir un meilleur accès aux soins pour les handicapés, tant sur le plan matériel que financier, de garantir une éducation à tous les enfants et de diminuer le taux de chômage, deux fois supérieur à l’ensemble de la population.

De son côté, la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap (FNASEPH), demande au Premier ministre d’associer les familles à l’élaboration d’une feuille de route triennale pour construire un parcours scolaire pour les handicapés.

 COLINE GARRÉ

Source : lequotidiendumedecin.fr