Les enjeux de l’imagerie cérébrale

Il y a urgence à informer et former les citoyens  Abonné

Publié le 12/03/2012
1331518846331701_IMG_79445_HR.jpg

1331518846331701_IMG_79445_HR.jpg

1331518844331003_IMG_79297_HR.jpg

1331518844331003_IMG_79297_HR.jpg
Crédit photo : V. EL KOUBY/M. PERRIN/C. POUPON/J.-F.

LE THÈME des neurosciences et de l’imagerie cérébrale n’a été qu’« effleuré » lors de la révision de la loi de bioéthique, et « nous pensons que d’autres précisions doivent être apportées », indique le député PS Alain Claeys, co-auteur du rapport de l’OPESCT avec Jean-Sébastien Vialatte (UMP). La loi du 7 juillet 2011 qui précise que « les techniques d’imagerie cérébrale ne peuvent être employées qu’à des fins médicales ou de recherche scientifique, ou dans le cadre d’expertises judiciaires » est, en effet, très succincte sur le sujet.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte