Hypothyroïdie : la HAS publie une fiche mémo pour promouvoir les bonnes pratiques

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 20/03/2019
hypothyroïdie

hypothyroïdie
Crédit photo : PHANIE

Le dépistage de l'hypothyroïdie en population générale n'est pas recommandé, rappelle la Haute Autorité de santé (HAS) dans une fiche récapitulant les bonnes pratiques en termes de prise en charge de l'hypothyroïdie. Articulée en 10 messages clés autour du dépistage, du diagnostic, du traitement et du suivi, cette fiche est destinée aux professionnels de santé, en particulier aux médecins généralistes et endocrinologues.

« L’objectif est de renforcer leurs connaissances sur l’hypothyroïdie, d’améliorer le dialogue avec les patients pour choisir avec eux les examens et les traitements les mieux indiqués dans leur cas et d’éviter ainsi les traitements inutiles ou mal adaptés », précise la HAS. Elle souligne notamment que « les prescriptions de lévothyroxine ont été initiées dans près d’un cas sur trois sans confirmation biologique du diagnostic ». Or, un dosage de TSH est nécessaire avant tout traitement par lévothyroxine.

Un dialogue de qualité entre patient et médecin

Concernant le diagnostic, la HAS indique notamment que le dosage de la thyréostimuline (TSH) est préconisé en première intention chez des personnes présentant des symptômes évocateurs d'hypothyroïdie. En cas de taux anormal, un nouveau dosage de TSH est à réaliser ainsi qu'un dosage de thyroxine libre (T4L) avant la mise en place d'un traitement.

La HAS insiste également sur l'importance d'un « dialogue de qualité » entre médecin et patient : « La décision thérapeutique et le suivi du traitement doivent prendre en compte aussi bien les dosages hormonaux que les symptômes et le ressenti du patient. »

En termes de suivi, la HAS note que la surveillance des personnes équilibrées sous traitement par lévothyroxine se fait annuellement à l'aide d’un interrogatoire, d'un examen clinique et du dosage de la TSH.

Ce document, réalisé par des professionnels de santé et des patients, s'appuie sur les recommandations existantes. En 2020, la HAS travaillera à l'actualisation des recommandations sur la prise en charge des troubles thyroïdiens.


Source : lequotidiendumedecin.fr