Hôpitaux, cliniques : l’épée de la dégressivité tarifaire  Abonné

Publié le 09/01/2014

C’EST LA HANTISE de 2014. Les hôpitaux n’en veulent pas, les cliniques encore moins. « La dégressivité tarifaire porte en elle tous les germes d’un conflit », résume le président de la FHP (Fédération de l’hospitalisation privée), Jean-Loup Durousset. Votée à l’automne, la mesure pourrait s’appliquer pour la première fois cette année. La FHP redoute une discrimination en faveur du secteur public, sans transparence aucune, ni voie de recours possible pour les cliniques si les Agences régionales de santé (ARS) venaient à leur reprocher un excès d’activité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte