Harcèlement : l'Assemblée nationale aura une cellule d'écoute et de soin au 1er janvier 2020

Par
Coline Garré -
Publié le 16/10/2019

Crédit photo : S. Toubon

À compter du 1er janvier 2020, un médecin, un psychologue et un juriste en droit du travail seront à l'écoute de toute personne travaillant à l'Assemblée nationale victime de harcèlement, a fait savoir le Bureau de la chambre basse. 

Cette cellule professionnalisée et pluridisciplinaire aura aussi un rôle de soin et de conseil. « Elle accompagnera les personnes concernées pour qu'elles puissent entreprendre les démarches adaptées », précise un communiqué du Bureau de l'Assemblée nationale. Elle pourra également saisir la déontologue. 

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)