Dix ans après le « non » français

France, Europe et mémoire  Abonné

Publié le 01/06/2015
Cameron et Hollande jeudi dernier à Paris

Cameron et Hollande jeudi dernier à Paris
Crédit photo : AFP

Cameron et Hollande jeudi dernier à Paris

Cameron et Hollande jeudi dernier à Paris
Crédit photo : AFP

Le chef du gouvernement britannique vient de remporter des élections législatives qui lui ont accordé la majorité absolue. Pour parvenir à ce brillant résultat, il a pris des engagements qui vont beaucoup compliquer son action politique. Il a trouvé en M. Hollande un homme prudent qui, conscient de l’impopularité de l’Union dans nombre de pays, et pas des moindres, estime qu’il y a des sujets qu’il vaut mieux ne pas soulever. Dans la mesure où on ne voit ni la France, ni l’Allemagne, ni la plupart des gouvernements européens rendre à M.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte