Christophe Jacquinet (ex-DG de l’ARS Rhône-Alpes) : pourquoi j’ai été débarqué par Marisol Touraine  Abonné

Publié le 03/03/2014
1393812856502085_IMG_123944_HR.jpg

1393812856502085_IMG_123944_HR.jpg
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

LE QUOTIDIEN : Depuis votre départ de l’ARS, des voix s’élèvent et vous reprochent un dialogue difficile, une posture rigide sur certains dossiers. Que répondez-vous ?

CHRISTOPHE JACQUINET : Un DG d’ARS ne peut réformer seul le système de santé. J’ai pris des décisions difficiles avec l’adhésion systématique des professionnels. L’exemple de la chirurgie cardiaque est emblématique. Nous avons supprimé deux sites, l’un à Lyon, l’autre à Grenoble.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte