Jeunes rhumatologues

Aspirations que d’interrogations  Abonné

Publié le 05/04/2012
1333590541337413_IMG_81002_HR.jpg

1333590541337413_IMG_81002_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

À L’HEURE d’opérer un choix concernant l’orientation de leur carrière de rhumatologue, ils ont chacun suivi leurs aspirations professionnelles et personnelles, tout en tenant également compte de leur perception du devenir de la spécialité. Après des études à l’hôpital Cochin et un poste de chef de clinique à Lariboisière, Sophie Lahalle, installée en cabinet depuis un an, s’est associée avec une autre rhumatologue à Charenton-le-Pont, dans la périphérie sud-ouest de la capitale. Elle est spécialiste des pathologies de la main et de la maladie de Dupuytren.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte