Retard de financement, désaffection

Le DPC peine à trouver ses marques  Abonné

Publié le 23/05/2013

LE DÉVELOPPEMENT professionnel continu (DPC), nouvelle obligation à laquelle doivent théoriquement se soumettre tous les ans les quelque 200 000 médecins de France, tarde à convaincre la profession.

Les principaux textes indispensables à sa mise en place sont pourtant parus au « Journal officiel ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte