Une piste inattendue pour faire régresser la fibrose pulmonaire

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 26/09/2019

Crédit photo : PHANIE

Des chercheurs anglais et singapouriens suggèrent dans « Science Translational Medicine » que l'interleukine 11 (IL-11) pourrait être une cible intéressante dans la fibrose pulmonaire idiopathique.

Dans un modèle murin de la maladie, l'équipe dirigée par Stuart Cook de la faculté de médecine de Singapour et de l'Imperial College London a constaté que l'administration d'anticorps neutralisants anti-IL-11 avait pu faire diminuer les lésions pulmonaires et même guérir de la fibrose.

Peu d'options thérapeutiques

La physiopathologie de la fibrose pulmonaire est encore mal comprise. Même si deux traitements ayant l'AMM – le nintedanib et le pirfenidone –, permettent de ralentir l'évolution de la maladie mais au prix de toxicités non négligeables, il n'existe pas de traitement curatif.

Ces nouveaux résultats sont surprenants car les données existantes sur l'IL-11 étaient contradictoires. Dans la littérature, il est rapporté que « l'IL-11 peut soit entraîner une inflammation pulmonaire et une obstruction des voies aériennes, soit protéger de l'inflammation pulmonaire », rappellent les auteurs. L'équipe soutenait l'hypothèse d'un rôle pathogénique de la cytokine dans le poumon, l'ayant précédemment montré dans d'autres organes le foie, le rein et le cœur.

Rôle physiopathologique de l'IL-11

Dans ces travaux, la première étape a consisté à établir le rôle pathologique de l'IL-11 pour le système respiratoire. Les chercheurs ont ainsi montré que la cytokine est produite en excès dans les poumons de patients malades, et ce de façon corrélée avec le degré de gravité. Il est apparu de plus que l'IL-11 est produite par les fibroblastes en cause dans la fibrose pulmonaire. L'implication de l'IL-11 suspectée dans le développement de la fibrose a été confirmée dans un modèle murin.

Ces résultats d'anticorps anti-IL-11 dans un modèle murin ouvrent une piste intéressante. Jusqu'à présent, les recherches s'étaient focalisées sur la famille du TGFβ, qui regroupe des cytokines profibrotiques majeures. Néanmoins, le ciblage direct ou indirect de ces protéines s'est révélé décevant en raison d'effets secondaires graves, y compris la fibrose elle-même.

L'IL-11, qui est un médiateur du TGFβ, pourrait être une bien meilleure cible, mieux tolérée du fait d'une expression très faible dans les tissus sains. « Nous avons le projet de tester nos anticorps dans des essais de toxicité fin 2020 et de lancer les essais cliniques chez les patients courant 2021 », a expliqué Stuart Cook.

Image captions, first row, left to right: The molecule IL-11 promoted fibrotic pathways (green) in human lung cells, although less than TGF-beta 1. [Credit: B. Ng et al., Science Translational Medicine (2019)] The neutralizing antibody X203 reversed fibrotic behavior in human lung cells treated with TGFbeta 1. [Credit: B. Ng et al., Science Translational Medicine (2019)] Schematic describing the pro-fibrotic role of lnterleukin-11 (IL-11) in lung fibrosis. Idiopathic Pulmonary Fibrosis (IPF) is a fibrotic lung disease characterized by lung epithelial injury and chronic activation of invasive myofibroblasts. IL-11 is robustly upregulated by multiple pro-fibrotic stimuli. IL-11 stimulates lung fibroblast-to-myofibroblast differentiation and triggers cell invasion. These effects can be reduced by neutralizing antibodies against IL-11. We propose that therapeutic inhibition of IL-11 might be effective in reducing lung fibrosis in IPF. Crédit : Dr. Giuseppe D'Agostino (Stuart Cook's lab)

Dr Irène Drogou

Source : lequotidiendumedecin.fr