Une fréquence des encéphalites bactériennes plus élevée que prévu

Publié le 24/04/2012
1335254656344553_IMG_82878_HR.jpg

1335254656344553_IMG_82878_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

L’atteinte du système nerveux central par des agents qui, habituellement, sont responsables de maladies bénignes, « est rare mais grave », souligne le « BEH ». L’objectif d’Alexandra Mailles, Véronique Vaillant et Jean-Paul Stahl était de décrire les causes des encéphalites infectieuses en France. En effet, leur étiologie infectieuse des encéphalites n’est que rarement établie.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)