Quand le père est décédé

Un sursis pour les embryons ?

Publié le 28/06/2018

La loi actuelle n’autorise pas le transfert d'embryons congelés existants lorsque le conjoint est décédé.

En 2011, l'Assemblée Nationale a autorisé, en commission, le transfert d'embryon après le décès du père si celui-ci avait donné son consentement préalable. Le CCNE a analysé cette question de manière approfondie dans son avis 123. Ses conclusions devraient faire partie des modifications de la loi bioéthique :

- Autorisation si un document atteste de l'autorisation préalable du père

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?